Cannes J+3,4 et 5 : ennui, amis et pluie!

Du retard dans mes billets de Cannes au jour le jour alors allez hop je vous en fais trois d’un coup ! Des journées bien chargées ce qui explique ce retard.

Vendredi : C’était La journée ensoleillée de la semaine, au sens propre comme au figuré. C’était celle du Passé, qui selon moi aura la palmeque j’ai beaucoup aimé, comme vous avez pu le voir dans ma critique, et pour lequel j’ai pu ensuite assister à la conférence de presse avec un Asghar Farhadi réfléchi et pertinent. Vous pouvez la regarder en entier sur le site du festival (et peut-être m’apercevoir!). Puis deuxième coup de coeur de la journée avec le joli Tel père tel fils du japonais Hirokazu Kore-eda, qui sera à l’évidence dans le palmarès, aux vues des thèmes qu’il aborde (l’enfance, la paternité…) communs à ceux du président du jury, Steven Spielberg. Puis c’était aussi le jour ou je me suis fait des amis dans les fils d’attente et que j’ai eu le droit au surnom de « soleil de Cannes » et oui c’est comme ça que ça se passe au festival de Cannes!

IMG_1127 IMG_1129 IMG_1131 IMG_1133

Samedi : C’était La journée pourrie. J’ai commencé avec Jimmy.P d’Arnaud Desplechin qui m’a beaucoup déçu, à tel point que je me suis endormie devant! J’ai quand même assisté à la conférence de presse pour apercevoir et écouter le merveilleux Mathieu Amalric. Pendant tout ce temps c’était la tempête sur Cannes, je me prends des douches avant chaque projection et galère dans le palais des festivals pour trouver une place où m’assoir tant il est bondé. Après la projection de Bends, premier film de Flora Lau, présenté à Un certain regard, qui malgré de jolis moments et une intrigue assez incongrue pour nous français, une femme doit accoucher de son deuxième enfant et pour éviter de payer une amende, elle doit aller clandestinement à Hong-Kong, manque de péripéties pour animer le récit. Trop désireuse d’être au sec j’en oublie de me rendre à la Quinzaine des réalisateurs pour voir Blue Ruin de l’américain Jeremy Saulnier. Je n’aurais de toute façon pas eu le temps puisque même en me présentant 1h45 avant le début de la projection de Inside Llewyn Davis des frères Coen, je passe de justesse ( dans les 7 derniers autorisés à entrer) et en me battant contre des journalistes enragés. Je me retrouve même avec une place que quelqu’un partant 10 minutes après le début du film me propose, que demander de plus! Une lutte qui valait le coup parce que le nouveau Coen est un vrai rayon de soleil dans ma journée de déluge. Allez on va se coucher et ça ira mieux demain!

IMG_1141 IMG_1142 IMG_1144 IMG_1145

Dimanche : En effet le dernier jour de la semaine est plus doux, aussi bien au niveau de la météo que du programme. J’ai sécher le film néerlandais Borgman de 8h30 pour m’offrir une grasse mat jusqu’à 09h30! Revigorée je découvre le très bien construit, original et émouvant film indien The Lunchbox, à la semaine de la critique, avant d’enchaîner avec Les amants du Texas, film américain qui revisite le genre de la comédie romantique assez intelligemment. Et j’ai même droit à une visite éclaire de Casey Affleck et Rooney Mara, les deux acteurs principaux. Gonflée à bloc je me fais même une petite soirée rattrapage en allant voir Grand Central de Rebecca Zlotowski, avec Léa Seydoux et Tahar Rahim, dont je n’entends que du bien dans les couloirs du palais des festivals. Résultat le film confirme mon désamour pour le jeu de Léa Seydoux (décidément je ne comprends pas ce que tout le monde lui trouve) mon amour pour celui de Tahar Rahim et me fait vivre un long moment d’ennui. Pas certaine de mon programme de demain je laisse la nuit me porter conseil!

IMG_1148 IMG_1150Si si c’est Casey Affleck et Ronney Mara je vous jure !

 

 

Publicités

4 réflexions sur “Cannes J+3,4 et 5 : ennui, amis et pluie!

  1. La garce, t’as vu Rooney et Casey ! J’avais hâte de voir Les amants du Texas, film Sundance oblige.
    T’es vilaine avec Léa Seydoux et gentille avec Tahar Rahim (bon okay, pour son jeu…), mais quand même, hum.

  2. Ah et alors toi, t’es contente de voir Amalric mais rien sur Del Toro…Tu ne loupes rien à Paris, il pleut tout pareil mais sans projections.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s